La campagne de fouille de 2014

Plus de trente ans plus tard, le 5 mai 2014, les investigations archéologiques reprennent au Mont’e Prama sous la direction d’une équipe de la Direction régionale de Cagliari (Alessandro Usai et Emerenziana Usai) et de l’université de Sassari (Raimondo Zucca, Paolo Bernardini et Pier Giorgio Spanu).

Ils effectuent des relevés géophysiques avec un géoradar sur environ 80 000 m2. Le professeur Gaetano Ranieri examine le sous-sol sous seize angles différents afin d’observer les anomalies du terrain.
Sur la base des principales anomalies géophysiques et des analyses de photographies aériennes et satellitaires, des sondages de fouille sont effectués dans trois carrés de la partie la plus à l’Est de la zone, mais aucune preuve n’a été retrouvée pour confirmer les anomalies identifiées.

Les archéologues ont alors concentré leurs recherches sur la nécropole, au Sud des zones fouillées par Bedini et Tronchetti dans les années 1970.
À côté d’un nouveau tronçon du chemin funéraire, huit tombes recouvertes de dalles carrées sont mises au jour et, plus à l’Est, huit autres tombes à fosse individuelle disposées sur trois rangées irrégulières présentant une accumulation de pierres et destinées à des individus inhumés en position accroupie qui, à en juger par les céramiques datant au moins du Xe siècle av. J.-C., semblent constituer le premier aménagement à vocation funéraire du site.

Zone archéologique fouillée en 2014, au Sud de celles déjà investiguées par Bedini et Tronchetti.
Découverte de deux statues distinctives de pugilistes lors des fouilles de 2014.
Gros plan de la tête de la statue de l’un des deux pugilistes retrouvée lors des fouilles de 2014.
Vue rapprochée de la statue de l’un des deux pugilistes retrouvée lors des fouilles de 2014.

Les deux statues de pugilistes dont l’iconographie était jusqu’alors absente du répertoire des représentations anthropomorphes du Mont’e Prama constituent la découverte la plus marquante des fouilles de 2014. Ces spécimens sont proches de l’iconographie du célèbre bronzetto nuragique de Cavalupo di Vulci, datant du IXe siècle av. J.-C.