Maquettes de nurague
Bétyles
16 maquettes de nurague de grande taille réalisées en pierre calcaire ont été retrouvées au Mont'e Prama. NURAGUES 5 nuragues à une tour et 11 nuragues de type complexe : 4 à quatre lobes, 6 à huit lobes et un non identifiable.
Les sculptures les plus significatives représentent le complexe nuragique à plusieurs tours, avec une courtine munie de tours entourant le grand donjon central. Les bétyles sont des sculptures abstraites en pierre de forme tronconique, interprétées comme des représentations symboliques de la divinité.
Ils font partie des éléments en pierre les plus anciens retrouvés sur le site.
Les bétyles sont couramment retrouvés dans les sépultures de la période nuragique.
Les bétyles du Mont'e Prama sont pour la plupart sculptés dans du grès, une pierre différente du calcaire des statues retrouvées sur le site.
VOIR LES STATUES 3D BÉTYLES

Maquettes de nuragues

Les maquettes de nurague sont déjà connues car elles ont été retrouvées dans différents sites (par exemple, le nurague de Palmavera à Alghero, le sanctuaire de Santa Vittoria à Serri, le nurague de Su Nuraxi à Barumini, dans la localité de Bia ‘e Decimu à San Sperate, dans les alentours de San Vero Milis).
Dans la littérature, on trouve non seulement des textes concernant des sculptures en pierre, en pierre calcaire et en grès, mais aussi des maquettes de nurague en terre cuite et en bronze. Il ne s’agit pas de représentations détaillées, mais d’une interprétation stylistique schématique mettant en valeur les caractéristiques particulières du nuraghe.

Bronzetto représentant un nurague de type complexe et peut-être un temple rectangulaire. Ittireddu, lieu de production inconnu.
Maquette d'un nurague à quatre lobes. Musée municipal « Giovanni Marongiu » de Cabras.
Vue d'une maquette de nurague à quatre lobes. Musée national d'archéologie de Cagliari.
Détail du couronnement du donjon d’un maquette de nurague à quatre lobes. Musée municipal «Giovanni Marongiu» de Cabras.
Détail du haut du couronnement du donjon d'une maquette de nurague à quatre lobes. Musée municipal « Giovanni Marongiu » de Cabras.
Les formes de représentation
Les sculptures les plus significatives sont celles qui représentent le complexe nuragique à plusieurs tours, avec une courtine munie de tours entourant le grand donjon central. Les tours latérales, au nombre de quatre ou huit, sont représentées en relief en saillie aux angles et sur les côtés d’où s’élève la partie la plus haute se terminant par la terrasse. Au centre se dresse le donjon, plus haut que les autres tours et surmontée d’une terrasse.
Il est intéressant de remarquer que les nuragues à huit lobes, c’est-à-dire avec huit tours latérales et un donjon, n’ont jamais existé dans la réalité. De toute évidence, les maquettes ainsi réalisées ne sont pas des reproductions fidèles de monuments, mais des représentations allusives et disproportionnées quant au nombre de tours et à leur hauteur.

16 maquettes de nurague de grande taille réalisées en pierre calcaire ont été retrouvées au Mont Prama : 5 à une seule tour et 11 de type complexe (4 à quatre lobes, 6 à huit lobes et un non identifiable).
Les sculptures les plus significatives représentent le complexe nuragique à plusieurs tours, avec une courtine munie de tours entourant le grand donjon central.

Comment étaient les nuragues ?
La découverte de ces artéfacts archéologiques, très importante d’un point de vue historique pour la reconstruction architecturale des structures antiques, nous rend en effet l’aspect originel des nuragues que nous ne pourrions pas connaître autrement puisqu’ils se sont effondrés, ou ont été détériorés au cours du temps.
Ainsi pouvons-nous, par exemple, reconstituer l’architecture du sommet de la tour du nurague qui devait être surmontée d’une terrasse au plancher en bois reposant sur des corbeaux en pierre et entourée d’un parapet, lui aussi en bois.
Maquettes de Nuraghe en 3D

Bétyles

Les bétyles sont des sculptures abstraites en pierre de forme tronconique, interprétées comme des représentations symboliques de la divinité.
Ils font partie des éléments en pierre les plus anciens retrouvés sur le site.

Les bétyles sont couramment retrouvés dans les sépultures de la période nuragique.

Découverte d'un bétyle et de fragments de statues lors des fouilles de 1979.

Les bétyles du Mont’e Prama sont pour la plupart sculptés dans du grès, une pierre différente du calcaire des statues retrouvées sur le site.

Le nom betilo, du mot hébreu bet-el, signifie « maison de Dieu ». ÈIl s’agit, en général, d’une pierre travaillée, de forme allongée, de section plus ou moins circulaire avec un sommet pointu ou aplati.

Les bétyles sont en nombre indéterminé, de nombreux fragments se trouvant encore sur site et d’autres en entrepôt. 9 bétyles ont été réassemblés à ce jour, dont 6 en grès et 3 en pierre calcaire.

Leur sommet est aplati et présente juste en dessous de petites cavités quadrangulaires disposées sur une ou deux rangées.
D’aucuns les considèrent comme plus anciens que les sculptures anthropomorphes et pensent qu’ils ont donc été prélevés des plus anciennes tombes de géants de l’âge du Bronze au moment de la construction de la nécropole sanctuaire.
D’autres pensent en revanche qu’ils ont expressément été traités avec des matériaux différents.
Quoi qu’il en soit, ces éléments placés près des tombes comme des pierres tombales avaient sans doute aussi pour but de monumentaliser la zone et célébrer des défunts qui devaient probablement appartenir à la classe aristocratique puisque des sépultures individuelles leur étaient réservées.