Certains d’entre nous, comme ces jeunes hommes, exhibent leurs armes de guerre : la cuirasse finement ouvragée, le bouclier et l’épée, ou encore l’arc et le carquois rempli de flèches. D’autres arborent, vêtus seulement d’une jupe courte ourlée de pointes, les armes de la boxe rituelle: le gant muni d’une pointe et le bouclier léger et souple.

Autour de nous, les pierres sacrées et les maquettes de hautes tours de pierre expriment l’identité culturelle de notre peuple qui s’est construite au fil des siècles sur cette grande île.

Il fut un temps où nous nous tenions alignés debout, dans la nécropole longeant la route serpentant les flancs d’une colline à l’Ouest de la Sardaigne, dans la campagne de Cabras, dans la région du Sinis.

Un lien de sang et de culture unit les générations.
Nous, les statues, représentons la lignée, l’appartenance, les valeurs de la communauté vivante.

Les géants du Mont’e Prama